Cocagne.media

Carnet de voyages : Le Lac du Salagou

Quel que soit l’endroit où l’on vit, nous avons tous un territoire ou un parçan de territoire qui vit en nous. On lui prête une affection particulière, on a envie de le partager avec les autres, de crier sa beauté à la face du monde. Aujourd’hui Jessyka nous parle de SA terre. Ou plutôt de son eau… Petite plongée (c’est le cas de le dire) dans le lac du Salagou dans les Cévennes, illustrée par des photos de Ginou Owen-Jones.

Lac du Salagou
© Ginou Owen-Jones
Lac du Salagou
© Ginou Owen-Jones

Oui, je sais, le bus c’est pas le pied…
Qu’est-ce que j’aimais prendre les vieilles routes (à fond, en musique, mais surtout en 106 ), où les branches te frôlent les ailes, où la terre se mêle et troue le goudron .
Terminus ou presque… Mon Lac.

Depuis toujours mon Lac, il a accueilli mes premières fois : mes premières gueules de bois en mode vodka/guitare/chipo et philosophie .
Il était une fois , un jour il a cueilli mon errance , mes fractures du muscle cardiaque , ma foi ….

Now Carpe Diem…
Je marche le long du vieux chemin qui ressemble à une rue de western. La terre rouge commence à colorer mes pieds. Je dépasse les noms faits de cailloux blancs …Tiens les mots d’amoureux ont laissé place à un « vive l’anarchie » géant , j’adore …
J’arrive en vue du lac et déjà mes yeux se nourrissent de l’eau trouble, sombre aux reflets bordeaux , presque un vieux vin laissé dans une bouteille verte (que mamé gardait pour mettre une fleur volée) .

Lac du Salagou
© Ginou Owen-Jones
Lac du Salagou
© Ginou Owen-Jones

Les collines écarlates et garrigues y trempent leurs pieds depuis pas mal d’années déjà. Et à voir l’onde épouser leurs contours , on en oublierait presque que mon Lac a été crée , façonné et rempli de pourpre et d’eau glacée.
Pour une fois que l’homme est arrivé à faire des trucs plutôt sympa à la nature…
Parce que MON lac, il garde en son antre des poissons quasi-mythiques… Il a ses légendes de sons de clocher ( alors qu’en vrai en dessous ne dorment que des terrains et des mazets de pierre sèche ) .

Et puis tout autour de lui, écrin et nid , des dunes de caillasses…
Des caillasses qui vous tuent les pieds, si jamais en touriste , vous n’avez pas gardé vos baskets pourris pour vous baigner.
Je garde une tendresse spéciale pour ces éclats de rocher , de sang, où je retrouve mon coeur.
Mon âme ressemble plus à cette racine sèche qui admire l’eau; je chemine .
Un peu de verdure enfin, des semblants d’arbres, pas vraiment un désert, une steppe rouge qui sent le thym…
Le Sud…
Et le calme d’un ciel sans vent .

Lac du Salagou
© Ginou Owen-Jones
Lac du Salagou
© Ginou Owen-Jones

Je chemine  dans mes pensées, proche des cactus.
Je respire et me pose le regard planté, presque noyé.
MON Lac gardera toujours les secrets de coins à baisers interdits…
Et des gaffets qui bousillent leurs frocs à descendre les pentes sur les fesses… Tout en riant de liberté des marins d’eau douce mais profonde.
Ça y est je suis nue…
Car je sais mon Lac et ses cachettes…
Mon corps s’enfonce doucement, ma peau goûte les frissons de l’eau…
Pas de bruits, il m’accepte , je souris toute à mon Salagou

Laisser un commentaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Logo Le Collectif Cocagne

Soutenir le Collectif Cocagne

Le collectif Cocagne a besoin de vous. En effet, pour faire avancer tous les projets du collectif (media, prod, annuaire) il nous faut passer un cap que nous ne franchirons que tous ensemble. Nous vous invitons donc à participer au développement de votre media du « vivre ici, vu d’ici et d’ailleurs ».

Faire un don

Voir aussi :

Initiative, artisanat, Dordogne : Diffis Forge

Initiative : Diffis Forge

C’est sur les hauteurs de La Roque-Gageac, petit village de Dordogne, qu’on trouve le hangar qui abrite Diffis Forge. Portrait de Sébastien, forgeron atypique et présentation de son travail par Antidot.

Claudine Vigneron soignante

Tròç de vida : Journal intime d’une soignante

Tròç de vida (morceau de vie en français) c’est un récit d’un moment de vie. Aujourd’hui, nous vous proposons le témoignage d’une soignante spécialisée dans les soins de confort. Un témoignage poignant illustré par des photos originales de Claudine Vigneron d’A chacun son reg’art

Bordeaux

Cronicas d’una luna encolerida / A moon of anger chronicles

Nous avons toutes et tous un parçan, une ville, un lieu qui a marqué notre vie. Que nous en ayons un souvenir positif ou négatif, voire les deux, nous en avons une vision que nous avons envie de défendre et de confronter à celle des autres. C’est cela « Vue d’Ici et d’Ailleurs ».
Pour cette première, Dàvid nous livre son regard sur la ville et la période qui l’ont vu naître : la Bordeaux de fin 70/début 80.

Fermer le menu