Cocagne.media

Initiative : Diffis Forge

Diffis Forge : le lieu sent le métal et la chaleur, cette odeur typique des étincelles
Diffis Forge : le lieu sent le métal et la chaleur, cette odeur typique des étincelles

C’est sur les hauteurs de La Roque-Gageac, petit village de Dordogne, qu’on trouve le hangar qui abrite Diffis Forge.
Une de ses premières créations, très florale, indique l’endroit.

De l’extérieur c’est un atelier somme toute ordinaire. Rien de l’immense soufflet auquel je m’attendais, trop bercée que je suis par l’imagerie médiévale-fantastique ! Pour couper le suspense immédiatement je dois aussi reconnaître que non Sébastien ne travaille pas torse nu sous son tablier de cuir, qu’il n’a pas non plus d’ailleurs !

En réalité le lieu sent le métal et la chaleur, cette odeur typique des étincelles, cette chaleur très spécifique, cette poudre de métal dans l’air. Instantanément je prends conscience que c’est un métier physique à tous points de vue : le métal marque ceux qui le travaillent, leurs mains s’assombrissent avec le temps, et je sais d’expérience que les poumons sont rudement sollicités aussi. C’est un métier exigeant, qui demande un amour de la matière bien réel.

Cela fait plus d’un an que Sébastien occupe cet atelier. Il lui a fallu chercher un lieu suffisamment isolé pour que ses machines ne soient pas une nuisance pour les voisins (à l’instar de l’imposant marteau mécanique dont l’usage est limité à certaines heures pour ne pas ameuter tout le quartier) et suffisamment spacieux pour pouvoir installer tout le matériel dont il a pu s’équiper progressivement depuis qu’il s’est installé à son compte.

J’ai connu Sébastien étudiant, musicien, ouvrier agricole à l’international. 

Il s’est toujours enrichi des rencontres du terrain, de sa pratique du travail, de son goût pour l’associatif et l’alternatif, comme le traduit très bien la musique de son groupe unique, expérimental comme il se doit, Béton Armé.

Sébastien, forgeron alternatif
Sébastien, forgeron alternatif
Initiative, artisanat, Dordogne : Diffis Forge
La « rencontre » avec le métal a été pour lui une évidence...

La « rencontre » avec le métal a été pour lui une évidence. Ce touche à tout a trouvé là la matière et l’effort qui lui ont parlé et qui lui ont permis de laisser libre-cours à sa créativité, lui offrant ainsi l’opportunité de développer sa propre « patte » aujourd’hui clairement reconnue par sa clientèle adepte de techniques traditionnelles et d’oeuvres originales à la fois.

Une fois l’envie établie, Sébastien entame les démarches pour se former : il rentre ainsi en CFA de métallerie à Périgueux afin d’acquérir les bases du métier, et profite de son stage pour approfondir la ferronnerie d’Art. Il sait déjà qu’il a trouvé sa voie, et son maître d’apprentissage ne s’y trompe pas en lui proposant rapidement de prendre sa succession à la tête de l’entreprise.

Mais Seb est un électron libre, il vient d’apprendre et ne souhaite pas se « limiter » en reprenant une clientèle déjà établie, en quête d’un travail qui ne lui permettrait pas d’exprimer pleinement sa créativité.

Il prend ainsi le risque de se lancer à son compte.

Il collecte son matériel sur les sites d’occasions, partant d’un poste à souder et une meuleuse, jusqu’à arriver à son marteau mécanique, le “martinet” (oui parce-qu’il fesse plus fort, on la phrase n’est pas de moi ).

Aujourd’hui Sébastien fabrique pour une clientèle qui a choisi d’investir dans un savoir-faire artistique et artisanal qui a nécessairement un coût, celui du temps et de la précision, celui qui fait d’un portail une pièce unique et précieuse, à la hauteur des bâtiments magnifiques qui parsèment la Dordogne.

Le hangar qui abrite sa forge présentant des limites, Diffis Forge déménage cet automne. Seb poursuit ses projets en accord avec son mode de vie, il installe donc sa forge dans un espace qu’il se prépare à partager avec un brasseur et d’autres artisans locaux.

Entraide et solidarité artisane au programme !

On a hâte d’y retourner pour vous raconter ça

Diffis Forge, Dordogne
Il collecte son matériel sur les sites d'occasions...

Laisser un commentaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Logo Le Collectif Cocagne

Soutenir le Collectif Cocagne

Le collectif Cocagne a besoin de vous. En effet, pour faire avancer tous les projets du collectif (media, prod, annuaire) il nous faut passer un cap que nous ne franchirons que tous ensemble. Nous vous invitons donc à participer au développement de votre media du « vivre ici, vu d’ici et d’ailleurs ».

Faire un don

Voir aussi :

Lac du Salagou

Carnet de voyages : Le Lac du Salagou

Quel que soit l’endroit où l’on vit, nous avons tous un territoire ou un parçan de territoire qui vit en nous. On lui prête une affection particulière, on a envie de le partager avec les autres, de crier sa beauté à la face du monde. Aujourd’hui Jessyka nous parle de SA terre. Ou plutôt de son eau… Petite plongée (c’est le cas de le dire) dans le lac du Salagou dans les Cévennes, illustrée par des photos de Ginou Owen-Jones.

Claudine Vigneron soignante

Tròç de vida : Journal intime d’une soignante

Tròç de vida (morceau de vie en français) c’est un récit d’un moment de vie. Aujourd’hui, nous vous proposons le témoignage d’une soignante spécialisée dans les soins de confort. Un témoignage poignant illustré par des photos originales de Claudine Vigneron d’A chacun son reg’art

Bordeaux

Cronicas d’una luna encolerida / A moon of anger chronicles

Nous avons toutes et tous un parçan, une ville, un lieu qui a marqué notre vie. Que nous en ayons un souvenir positif ou négatif, voire les deux, nous en avons une vision que nous avons envie de défendre et de confronter à celle des autres. C’est cela « Vue d’Ici et d’Ailleurs ».
Pour cette première, Dàvid nous livre son regard sur la ville et la période qui l’ont vu naître : la Bordeaux de fin 70/début 80.

Fermer le menu