Cocagne.media

Tròç de vida : Journal intime d’une soignante

Tròç de vida (morceau de vie en français) c’est un récit d’un moment de vie. Aujourd’hui, nous vous proposons le témoignage d’une soignante spécialisée dans les soins de confort. Exerçant à la campagne, elle nous livre son journal intime dans lequel elle nous raconte une de ses journées, mais aussi le combat qu’elle mène pour la dignité humaine… Le témoignage poignant d’une contributrice ayant choisi de garder l’anonymat,  illustré par des photos originales de Claudine Vigneron d’A chacun son reg’art

Claudine Vigneron soignante
©Claudine Vigneron

Cher journal,

Ça y est la journée est finie.

Je jette mes chaussures, une bière à la main et la chanson « Resistencia » de Goulamas’k à fond dans les oreilles, je t’écris.

J’ai des crampes dans les doigts. Dure journée. Avant, j’avais le dos brisé et je garde de mon ancienne vie d’aide soignante un goût immodéré pour le cocktail malboro café.

Avant, je pensais avoir bien travaillé si mes patients étaient propres, nourris et soignés… C’est à dire gavés aux médicaments.

Puis la vie et son ironie m’ont placées dans un lit de fer ; chemise ouverte et piqûres de neuroleptiques au menu.

La maladie ? Ça va je gérais…

Mais les soignantes qui ne te regardent pas ou qui mettent des gants en latex pour toucher ta main propre… Ça, ça a remué mon petit cœur . Vraiment j’avais mal .

Et on ne savait que me dire « soyez patiente ».

Quand j’ai repris le boulot, je me suis dit «comment toucher des humains qui ont crié, aimé,  joui… Sans qu’ils sentent le poids d’une gêne ?

Ils sont entiers et vivants encore bordel… Et ils ont mal… »

Alors, j’ai parlé, j’ai demandé ; et de formations en formations, j’ai enfin appris à toucher un être humain .

Claudine Vigneron soignante
©Claudine Vigneron
Claudine Vigneron soignante
©Claudine Vigneron

J’ai appris qu’il existait des soins non médicamenteux.

Autour de moi,la lutte contre les douleurs et pour l’humain s’organisait.

Et de bains thérapeutiques, en massages, en séances bien-être, chaque jour on se bat pour soigner autrement.

Alors bien sûr quelques mal pensants, docteurs quasis énarques, pour la plupart aux bottes de la chimie, nous ont dit qu’il fallait des études . « Vous ne servez à rien » osaient-ils nous dire.

Et donc on a monté un projet, une équipe. Ils veulent du chiffre ? Ils vont en avoir.

Certes, des pourcentages faciles. Mais d’ici quelques mois, ils auront la preuve papier du bien être…

 

Ma main se détend un peu…

Aujourd’hui j’ai soigné.

Aujourd’hui j’ai aidé une dame à aimer de nouveau son visage.

Puis, une autre à dormir. Mais cet après midi…

Cet après midi, un homme en fin de vie, un homme branché à de l’oxygène et à de la putain de morphine et qui malgré ça crie chaque jour de douleur et ne dort plus…

Aujourd’hui, cet homme, après un massage complet du corps,s’est endormi…

Enfin…Il est mort.

 

Claudine Vigneron soignante
©Claudine Vigneron
Claudine Vigneron soignante
©Claudine Vigneron

A l’heure où je t’écris, je ne l’ai pas soigné…
Je lui ai juste fait un peu de bien et il a laissé le sommeil le gagner.

Ok, soigner n’est pas toujours sauver…

Mais respecter et aider jusqu’au bout.

Et jusqu’au bout je l’ai accompagné, caressé, respecté.

Et il a trouvé la paix … Avant la PAIX.

Mais non, ça sert à rien le bien-être…

Je vais ouvrir une autre bière. J’ai hâte d’être à demain…

Pas toi ?

Cet article a 7 commentaires

  1. Émotions sincère, un handi qui ne demande que de l’humanité…

  2. Touchant…

  3. Merci pour cette belle humanité parce que oui c’est là qu’elle se trouve dans les moments les plus incongrus, dans les situations les plus délicates, et les plus subtiles: et votre témoignage, votre engagement l’est, subile, encourageant… Qu’y a til d’autre de vrai sur notre Terre que cette Humanité, cette authenticité de l’être, cette éphèmère présence…. Oui osons cette pleine et entière, même si éphémère présence. Merci Claudine

  4. Texte vraiment touchant. Merci Claudine pour ces mots, il y a encore des humains sur cette terre…

  5. Merci pour ce récit émouvant et pour votre humanité.

  6. Je vous remercie mais je tiens à préciser que c’est un travail à deux je ne suis auteur que des photographies …Claudine, le texte d’une soignante

  7. Merci pour ce beau témoignage émouvant et rempli d’humanité.

Laisser un commentaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Voir aussi :

Lac du Salagou

Carnet de voyages : Le Lac du Salagou

Quel que soit l’endroit où l’on vit, nous avons tous un territoire ou un parçan de territoire qui vit en nous. On lui prête une affection particulière, on a envie de le partager avec les autres, de crier sa beauté à la face du monde. Aujourd’hui Jessyka nous parle de SA terre. Ou plutôt de son eau… Petite plongée (c’est le cas de le dire) dans le lac du Salagou dans les Cévennes, illustrée par des photos de Ginou Owen-Jones.

Initiative, artisanat, Dordogne : Diffis Forge

Initiative : Diffis Forge

C’est sur les hauteurs de La Roque-Gageac, petit village de Dordogne, qu’on trouve le hangar qui abrite Diffis Forge. Portrait de Sébastien, forgeron atypique et présentation de son travail par Antidot.

Bordeaux

Cronicas d’una luna encolerida / A moon of anger chronicles

Nous avons toutes et tous un parçan, une ville, un lieu qui a marqué notre vie. Que nous en ayons un souvenir positif ou négatif, voire les deux, nous en avons une vision que nous avons envie de défendre et de confronter à celle des autres. C’est cela « Vue d’Ici et d’Ailleurs ».
Pour cette première, Dàvid nous livre son regard sur la ville et la période qui l’ont vu naître : la Bordeaux de fin 70/début 80.

Logo Le Collectif Cocagne

Soutenir le Collectif Cocagne

Le collectif Cocagne a besoin de vous. En effet, pour faire avancer tous les projets du collectif (media, prod, annuaire) il nous faut passer un cap que nous ne franchirons que tous ensemble. Nous vous invitons donc à participer au développement de votre media du « vivre ici, vu d’ici et d’ailleurs ».

Faire un don

Fermer le menu